antimondialiste

[ louvoyer : naviguer en zigzag à contre vent ]

24/12/2007

merry christmas

Classé dans : photographie @ 16:52

noel07-3.jpg


17/12/2007

Des choses qui n’existent pas

Classé dans : anarchisme, désintoxicant, liberté d'expression @ 14:17

AVEZ-VOUS entendu parler de Pierre ? C’est un lycéen de Nantes. Il a 17 ans. Voilà deux semaines, le mardi 27 novembre, il est allé manifester contre la réforme sarkozyste de l’université. Il se trouvait sur les pelouses du rectorat, avec un bon millier de manifestants, quand les CRS et les flics sont arrivés, et ont chargé. Brutalement. En tirant au Flash-bail. Pierre a reçu une balle dans l’œil. Transporté en urgence à l’hôpital. Dès le lendemain, le préfet se sentait en mesure d’affirmer aux journalistes que le diagnostic était «plutôt rassurant ». Ce préfet est formidable. Il est plus rapide que les médecins du CHU. Lesquels, deux jours plus tard, estimaient le pronostic « incertain » et relevaient un «potentiel de risque de perte complète de la fonction visuelle » : « Des complications peuvent survenir (décollement de la rétine, glaucome post-traumatique). » A l’heure qu’il est, Pierre est sorti de l’hôpital. Il a 23 jours dTTT. Et le pronostic est toujours incertain.

Alors, aviez-vous entendu parler de Pierre ? Les médias ont été d’une discrétion de violette à son sujet. Après tout, un gamin qui risque de perdre un œil, ça n’est guère une information. Il n’avait qu’à pas. Il ne nous intéresse pas. Les seules victimes dignes d’attention sont celles auxquelles s’intéresse l’omniprésident Sarkozy.

Savez-vous qu’à Nantes, le jeudi 29, près de quatre mille jeunes ont manifesté pour protester contre les violences policières, et notamment celle-là ? Il semblerait que tout le monde ne trouve pas parfaitement normal le fait que le droit de manifester s’accompagne désormais du droit à avoir un œil en moins. Mais qu’est-ce que quatre mille personnes ? Dans les médias nationaux, rien ou presque.

Savez-vous qu’en fin de semaine dernière 30 universités françaises étaient encore bloquées ? 31 selon SUD-étudiants, entre 13 et 17 selon les anti-bloqueurs de « Libère ta fac »… Et que 41 lycées l’étaient aussi ? Là encore, les médias ont été d’une discrétion remarquable. Après tout, les principaux syndicats lycéens et étudiants Fidl, UNL et Unef ne soutiennent plus le mouvement, donc la ministre Pécresse a gagné, donc les blocages n’ont plus lieu d’être, donc c’est comme s’ils n’existaient pas, donc ils n’existent pas : pourquoi parler de choses qui n’existent pas ?

Pour être informé du fait que les facs françaises bougent, qu’elles bruissent encore de débats, d’assemblées générales, de manifs, de grèves, il n’y avait, ces derniers quinze jours, qu’un seul recours : les sites Internet du réseau Indymedia, à Paris, Lille, Nantes, Grenoble, Toulouse, Saint-Etienne, Clermont-Ferrand, ou Rebel-lyon à Lyon, Bellaciao à Paris, etc. Le tout formant une sorte de vaste place publique où claquent au vent les dazibaos, vivante, engagée, subjective, alimentée par des militants (donc pas forcément fiable : il faut recouper), avec tracts, vidéos, photos, appels à manifester, agit-prop, agendas, etc. Oui, c’est sur ce média alternatif, multiforme ouvert et bordélique qu’on pouvait (et qu’on peut toujours) s’en apercevoir, tellement il déborde de contributions ces jours-ci : la loi Pécresse, même assaisonnée de quelques milliards, ne fait tou­jours pas l’unanimité. Une info à transmettre à TF1…

Jean-Luc Porquet
Le Canard enchaîné – mercredi 12 décembre 2007

sur lucky : « http://lucky.blog.lemonde.fr


La France nucléaire évite la pénurie d’électricité en important massivement depuis un mois

Classé dans : désintoxicant, écologie, énergies @ 14:16


Ce sont les pays voisins, qui ont peu ou pas de nucléaire, qui sauvent une nouvelle fois la France de la pénurie après les canicules 2003 et 2006, mais aussi lors de l’hiver 2005.

Le Réseau « Sortir du nucléaire » s’étonne du très fort déficit de production d’électricité nucléaire que connait la France depuis plusieurs semaines, entraînant des importations massives depuis les pays voisins.

Jeudi 22 novembre, le président du Réseau de transport d’électricité français (RTE) Dominique Maillard, a déclaré « Ces jours ci, nous avons importé des niveaux record d’électricité », expliquant la situation par « les températures (…) inférieures de 4 à 5 degrés Celsius aux normales saisonnières » et à « un certain nombre de centrales en maintenance ».

Cet aveu, partiel et flou, est loin de répondre aux questions que chacun est en droit de se poser :

- selon nos informations, c’est depuis la mi-octobre, et donc pas seulement « ces jours-ci », que la France importe de fortes quantités d’électricité.

- il apparait que le parc nucléaire français, pourtant surdimensionné, est dépassé alors que la température en France est loin d’être sibérienne

- le déficit de production est dû à des problèmes sur plusieurs centrales, or le parc français est vieillissant : le risque de pénurie va inévitablement de reproduire, et de plus en plus souvent.

Au vieillissement du parc nucléaire, il faut ajouter de nouveaux risques : manque de combustible (la France importe 100% de l’uranium nécessaire à son parc nucléaire), spéculation sur les prix de l’électricité…

Dans tous les cas, les citoyens doivent savoir que ce sont les pays voisins, qui ont peu ou pas de nucléaire, qui sauvent une nouvelle fois la France de la pénurie après les canicules 2003 et 2006, mais aussi lors de l’hiver 2005.

Présenté comme gage d’indépendance énergétique et de sécurité d’approvisionnement, le parc nucléaire français est au contraire un colosse au pieds d’argile qui fait courir de graves risques de pénurie du fait de sa vulnérabilité face aux canicules, tempêtes et autres grands froids qui vont se démultiplier du fait du dérèglement climatique, sans oublier le risque d’un accident majeur.

La situation actuelle montre que le développement du nucléaire entraine automatiquement le développement la surconsommation d’électricité.

Le Réseau « Sortir du nucléaire » rappelle qu’il faut de toute urgence lancer un plan de sortie du nucléaire, de développement des économies d’énergie et des énergies renouvelables, pour protéger l’environnement mais aussi pour assurer l’indépendance énergétique et la sécurité d’approvisionnement du pays.

Affichage du communiqué de presse du Réseau « Sortir du nucléaire » : http://www.sortirdunucleaire.org/actualites/communiques/affiche.php?aff=342


sté se marre avec son leopard…

Classé dans : photographie @ 14:15

stesemarre.png


Un DVD enDRMerdant

Il y a quelques jours, on m’a offert un DVD de courts-métrages de Pixar pour mon anniversaire. J’avais bien aimé leurs réalisations sur grand écran comme Toy Story1 ou Monstres & Cie, je n’en dirais pas autant du DVD (en tant que support) qui regroupe 13 de leurs courts-métrages. Déjà en regardant la jaquette, je notais quelques points négatifs :

* évidemment c’est un produit Disney, et je n’aime pas trop les entreprises qui pompent allègrement des idées dans le domaine public tout en combattant farouchement pour repousser l’entrée des leurs dans ce pot de biens communs2
* la mention « Ce DVD est protégé par un système anti-copie » et le logo associé veulent en clair dire « Disney s’est arrogé le droit de décider qui, quand et comment quelqu’un pourra lire (et pas seulement copier) ce DVD, inventant le droit de lire. » Le petit 2 entouré vient ajouter que ce DVD est « zoné », donc qu’en plus Disney s’est arrogé le droit de décider où quelqu’un pourra le lire.
* les mentions légales laissent songeur : « Ce DVD ne peut être exporté, revendu ou distribué sans licence accordée par Buena Vista Home Entertainment » (ne l’emmenez pas en voyage, ne le vendez pas aux puces…)
* « Disney. Movies, Magic. More. »… faut voir la tête de more

Donc je mets ma galette de polycarbonate recouvert d’une fine couche d’aluminium dans mon lecteur de DVD (modèle LG GSA-H30N, détail sans importance ici). Et là le lecteur multimédia Videolan se lance et… rien…

A lire sur oumph : http://oumph.free.fr/textes/dvd_enDRMerdant.html

posté par Cyrille.


Leucémies autour des centrales nucléaires : Le Réseau « Sortir du nucléaire » demande de toute urgence une étude scientifique équivalente à celle menée en Allemagne

Classé dans : désintoxicant, santé, écologie, énergies @ 14:14

Le Réseau « Sortir du nucléaire » a écrit aujourd’hui au Président de la République, au ministre de l’Ecologie et à celui de la Santé, pour leur demander que soit mis en œuvre de toute urgence une étude scientifique équivalente à celle qui, en Allemagne, vient de montrer que les enfants qui résident non loin d’une centrale nucléaire courent un risque statistique nettement plus élevé de souffrir d’un cancer ou d’une leucémie.

Cette étude a été réalisée par l’Université de Mayence sur demande de l’Office fédéral de protection contre les radiations, à partir de données statistiques portant sur la période 1980-2003 dans les régions proches de 21 réacteurs ou anciens réacteurs allemands. Elle montre que le risque de cancer augmente de 60% lorsque l’enfant habite à moins de 5 km d’une centrale, et de 117% si on prend en compte uniquement les leucémies. L’étude montre aussi que l’excès de cancers et leucémies est détectable jusqu’à 50 km autour des installations nucléaires.

Un des aspects les plus immoraux du nucléaire est qu’il est quasiment impossible d’apporter la preuve directe qu’un cancer est causé par les rejets d’une installation ou d’une centrale : les tumeurs ne portent pas la « signature » de l’industrie nucléaire. Mais des études statistiques sérieuses sont susceptibles de faire apparaître la triste réalité.

Une telle étude, généralisée à l’ensemble du territoire, n’a jamais été menée en France où l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, l’équivalent de l’Office fédéral de protection contre les radiations allemand) est associé dans une structure appelée CEPN avec les exploitants – EDF, Areva, CEA – qu’il est censé contrôler ! Cette structure mène d’ailleurs des activités en Biélorussie dans les zones contaminées par la catastrophe de Tchernobyl… dont elle d’efforce de cacher les conséquences réelles.

Il est donc clair que l’étude qu’il faut absolument mener en France doit être confiée à des organismes totalement indépendants de l’industrie nucléaire et de ses appendices (IRSN, Autorité de sûreté nucléaire, Ministère de l’industrie, etc…).

Cette étude doit englober l’ensemble des installations nucléaires françaises, y compris celles qui sont en cours de démantèlement : suite aux actions du Réseau « Sortir du nucléaire », EDF a été obligée de reconnaître, le 28 novembre dernier, une contamination au plutonium dans l’environnement de la centrale de Brennilis (Finistère), arrêtée depuis 1985. Après 50 ans de nucléaire en France, il est temps que la vérité éclate au grand jour.

lire la lettre sur le communiqué de presse du Réseau « Sortir du nucléaire » : http://www.sortirdunucleaire.org/actualites/communiques/affiche.php?aff=348


13/12/2007

THE MEATRIX II

meatrixii1.png
meatrixii2.png

le retour sur http://www.themeatrix2.com/french/dub/

posté par miss xmx.


Les émeutes sont un mode d’entrée en politique

Classé dans : désintoxicant, exclusions, nord/sud @ 18:39

« En 2005, la déclaration de Nicolas Sarkozy sur les « racailles » a été un facteur d’unité entre des villes et des cités » souligne Fabien Jobard, sociologue, chercheur au CNRS, qui revient sur les événements de Villiers-le-Bel et les relations entre les jeunes et la police.
«Le fait que la police soit systématiquement prise à partie dans les conflits qui concernent la jeunesse dans les villes les plus pauvres est une spécificité française», souligne-t-il. «En France, il est toujours extrêmement difficile de faire la preuve d’une violence policière.»

lire l’interview de Fabien Jobard sur le Contre journal : http://contrejournal.blogs.liberation.fr/mon_weblog/2007/12/bla-bla.html

Posté par Robin.


sur portables d’écoutes

Nous sommes 49 millions en France à avoir cédé aux joies du téléphone portable. Une aubaine pour Orange, Bouygues, SFR et consorts. Mais aussi pour la police.

Avant, poser une écoute était compliqué. Avec le portable, plus besoin d’aller mettre une bretelle dans un hall d’immeuble. Grâce au tout-numérique, « brancher » un téléphone se fait en deux temps trois mouvements. D’abord, le policier doit convaincre le juge, qui, débordé par une bonne centaine de dossiers en cours, ne se fait généralement pas trop prier pour donner son feu vert. Une fois la commission rogatoire en poche, valable quatre mois, reste à la faxer à l’opérateur de téléphonie chez qui la « cible » est abonnée.
Dès lors, la manip’ est simplissime : le portable voit sa ligne automatiquement dérivée vers le central d’écoutes. Tous les services de PJ en ont un, qui fonctionne avec du matériel loué à l’année à des sociétés privées. En pianotant son code personnel sur son propre mobile, le policier va pouvoir écouter en « live » le portable branché. Et, comme sur son iPod, il peut faire des retours en arrière pour se repasser les meilleurs morceaux de l’enregistrement.
Coût d’une écoute sur un téléphone mobile : 700 euros par mois dans la poche de l’opérateur, réglés par le ministère de la justice.

Fini les planques
« Grâce aux portables, on a moins besoin de se lever à l’aube et de se coucher à pas d’heure pour faire des planques« , se réjouit un officier de police judiciaire.
Sans avoir besoin de mettre le juge au parfum, avec une simple réquisition téléphonique faxée à l’opérateur le policier reçoit sur son ordinateur, la « fadet », autrement dit la liste sur un an de tous ceux qui ont appelé ou été appelés par ledit portable.
Un clic de souris, et s’affichent sur sur l’écran toutes les relations de boulot, les amis , la famille, mais aussi le coiffeur, le médecin ou le banquier de l’heureux branché.
En faisant tourner un petit logiciel, l’OPJ peut même s’amuser à faire des statistiques sur la fréquence des appels, et découvrir ainsi qui sont les meilleurs copains ou copines.

Plus besoin de « filoches »
Sans sortir de son bureau, un policier peut suivre les déplacements du portable qui sert de mouchard. Quelle rue – à quelques metres près – son »client » a empruntée et à quelle heure, dans quel café il est allé prendre son petit noir, ou encore qui il a croisé et à quel moment, etc.
Une mine d’infos que l’opérateur garde au chaud pendant un an (tout comme le fadet), au cas où la police en aurait besoin.
Le tout mis sur DVD et mouliné avec un petit logiciel maison. « Si je veux savoir si untel ou untel a croisé mon client, pas de problème : j’entre les noms, et l’ordinateur me donne la réponse, en précisant quand, où, combien de fois et combien de temps« , détaille le même poulet.

En plus ça fait micro
La loi dite « Perben II » (qui modifie la loi sur les écoutes téléphoniques de 1991) a autorisé la sonorisation.
En clair, la pose de micros, que les services de PJ pratiquaient jusqu’alors en catimini et à la barbe des juges. Ça tombe drolement bien puisque tous les portables sortis récemment peuvent etre transformés en micro. Il suffit que l’opérateur envoie un code informatique pour déclencher à distance le mode « écoute discrète » (à condition que le portable reste en veille). Le policier peut alors entendre tout ce qui se dit dans la salle à manger, le bureau… Magique, non?

On n’en saura rien
Sur les 27 000 écoutes autorisées chaque année par les juges et les 4 millions de réquisitions téléphoniques, un grand nombre d’écoutés n’en sauront jamais rien. Le policier dira au juge que la ligne « n’a rien donné ». Pour la plupart citoyens lambda, le seul fait de posséder un mobile les aura rendus facilement « espionnables ». Car un juge peut signer une commission rogatoire autorisant une écoute sur n’importe quel quidam s’il pense qu’elle peut concourir à la manifestation de la vérité. Autant dire que ça fait potentiellement du monde. Quant aux voyous, même s’ils en connaissent les risques sur le bout des doigts, il leur arrive encore de se faire pincer à cause d’un portable. Encore heureux…

Jérôme Canard
le canard enchaîné du mercredi 5 décembre 2007


03/12/2007

interview de BABEL 17 sur Aligre FM 93.1

Classé dans : culture @ 12:16

Ne manquez surtout pas l’interview de BABEL 17 sur Aligre FM 93.1 , en ligne pour au moins deux semaines dans Coma Electrique – L’émission indus-électro-métal-gothique.

b17

sur Aligre F.M 93.1 : http://coma.electrique.free.fr/emissions/Coma301107.html

et le site web de Babel 17 : http://babel.17.free.fr/


extensions #10, dynamiques d’écriture, mardi 4 décembre 2007

Classé dans : culture @ 11:59

chapeau_ensci.png

L’Ensci/les ateliers, Alain Cadix, directeur et frédéric dumond présentent :

extensions #10
dynamiques d’écriture

mardi 4 décembre 2007, à 19h30.

chapeau
performance de Gaétan Bulourde, accompagné par Valérie Castan.

Les unités perdues
un film de Henri Lefebvre, France, 2007,
vidéo, 13 min.
avec : Johann Tamer-Morael
Voix : David Christoffel
d’après « les unités perdues », du même auteur, texte paru chez Virgile en 2004

10 minutes de vie
un film de Herz Franck, Lettonie, 1978
35mm transféré, noir et blanc, 10 min
Ecole de Riga
Filmer des visages d’enfants pendant un spectacle de marionnettes… Capter les émotions en laissant ce qui les fait naître hors-champ.

présenté par Julien Gourbeix

Gaétan Bulourde vit et travaille à Bruxelles. Dans ses pièces, il « désamorce l’autoritarisme de toute prise de parole et le rend inopérant par l’absurde. » (in Les Inrocks, octobre 2007). Il a, notamment, travaillé avec les chorégraphes Maria Clara Villa Lobos, Thomas Lehmen, Xavier Leroy ou Meg Stuart. Parmi ses performances, on peut citer ‘Pfuuf ou le bout de la langue’, ou encore Pancarte.

Henri Lefebvre, né en 1959, vit et travaille à Paris. Il a publié dans les revues L’Oeil-de-Boeuf, Laps, Po&sie, IF, Hypercourt… Il a créé et dirige Les Cahiers de la Seine, édition à tirage limité d’ouvrages de bibliophilie, poésie et arts contemporains. Membre de l’association pour le développement des arts visuels et vivants, « Signé Lauris ». Les Unités Perdues, texte publié aux éditions Virgile, 2004. Les Unités Perdues, Atelier de Création Radiophonique (ACR), France Culture, 2006.

Herz Franck, cinéaste soviétique, né à Latvia (Lettonie) en 1926, est l’auteur, depuis Testament (1962), d’une quarantaine de films. Il appartient à l’école dite du documentaire poétique de Riga (Lettonie). Il est cinéaste, documentariste, photographe, scénariste e théoricien du cinéma documentaire. De sa filmographie, on peut citer : Chère Juliette, 2004 ; le Jugement Dernier, 1987 ; Le Centaure, 1973 ; 235 000 000, 1967…

A l’Ensci
48 rue Saint Sabin
75011 Paris
rens. 06 80 01 80 62


Wikipédia commence à être interdit dans des universités et des lycées des Etats Unis

Classé dans : désintoxicant, libertés, open sources @ 11:45

Si la question n’ est pas que Wikipédia soit fiable ou non, quel est le fondement de ces interdictions? Ce qui gêne au fond ce comportement autoritaire c’ est bien que  » n’ importe qui puisse le modifier » ou que n’ importe qui peut être auteur de Wikipédia.

L’ oligarchie et les élites intellectuelles ont toujours tenté de ralentir la connaissance en empêchant sa libre circulation pour des interets propres. On pourrait citer différents exemples de ce comportement, du plus puéril comme les médecins qui font exprès d’ écrire mal, ou des différentes branches professionnelles qui utilisent un language technique dont le seul but est de désorienter l’ auditeur/client, ou comme le professeur de droit romain qui édite les ans une nouvelle édition de son livre qu’ obligatoirement, doivent acheter les élèves, ou la nécéssité de chacuns d’ utiliser les formats de Microsoft Office dans nos documents ou MS-Windows pour disposer de tous les drivers dans nos ordinateurs, ou la spoliation des connaissance des peuples indigènes pour fabriquer des médicaments qui ensuite seront protégés de droits, les mêmes droits sur des espèces végétales ou animales, et inclus sur le propre génome humain…….Et on pourrait continuer ainsi une liste interminable de cas d’ occultation ou d’ appropriation de la connaissance…

lire l’article dont ceci est un extrait sur Veritas Temporis Filia : http://veritastemporis.blogspot.com/2007/11/wikipdia-commence-tre-interdit-dans-des.html


01/12/2007

Un manque ou un excès de sommeil accroît les risques de mortalité

Classé dans : santé @ 18:16

Dormir trop ou pas assez accroît de façon importante les risques de mortalité, selon une recherche conduite en Grande-Bretagne dont les résultats sont publiés samedi aux Etats-Unis.

Une diminution de la durée de sommeil parmi des sujets dormant habituellement 6, 7 ou 8 heures a entraîné une augmentation de 110% des risques de décès d’origine cardiovasculaire, indique le Dr Jane Ferrie de la faculté de médecine du College London, principal auteur de l’étude.

En revanche, un excès de sommeil chez des sujets dormant généralement 7 ou 8 heures a provoqué la même augmentation de 110% des risques de mourir mais pour d’autres causes que cardio-vasculaires, ajoute-t-elle.

Cette étude a été conduite sur 10.308 participants âgés de 35 à 55 ans entre 1985 et 1993, avec un suivi pendant plusieurs années, sans tenir compte des facteurs socio-démographiques et des problèmes de santé pré-existants.

« En termes de prévention, les conclusions de notre étude indiquent que dormir sept ou huit heures par nuit est idéal pour la santé chez un adulte », souligne le Dr Ferrie dans un communiqué.

Ces travaux montrent aussi qu’un allongement de la durée de sommeil chez ceux ne dormant généralement que cinq ou six heures, a probablement un effet bénéfique sur leur santé.

Mais pour ceux dormant déjà 7 ou 8 heures, ils devraient éviter de dormir davantage pour ne pas accroître leurs risques de mortalité, souligne le Dr Ferrie.

sur Le Monde.fr : http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-33435272@7-50,0.html


les photos et vidéos de ce site sont disponibles sous un contrat Creative Commons.

Le contenu de ce site est entièrement sous licence libre GFDL (Gnu Free Documentation License)

le loup voyou est optimisé pour tous les navigateurs (firefox, opera, safari etc.) sauf internet explorer...

Propulsé par WordPress