antimondialiste

[ louvoyer : naviguer en zigzag à contre vent ]

30/04/2009

Hadopi : le pire du pire de l’Assemblée

Pas de surprise en vue, la loi Création et Internet va passer. mais nos députés savent-ils de quoi ils parlent ? On les a questionnés sur le Peer to Peer et les réponses vont du pire au pire…

Peer to peer ou systèmes pair-à-pair permettent à plusieurs ordinateurs de communiquer via un réseau. On peut donc télécharger par exemple des fichiers musicaux ou vidéos d’utilisateur à utilisateur. C’est particulièrement cette technique de téléchargement qui est utilisé par les « pirates » sur les plateformes de E-mule ou Torrent par exemple.

Voir les deux vidéos d’interview des députés où on les voit s’emmêler les pinceaux sur Bakchich : www.bakchich.info/Hadopi-le-pire-du-pire-de-l,07562.html

Posté par Cyrille.


29/04/2009

Violences policières: un rapport accablant

Trop de menottes, trop de fouilles, trop de traitements dégradants: le comportement des policiers porterait trop souvent atteinte à « la dignité des personnes », selon la Commission nationale de déontologie de la sécurité. Le détail du rapport, et notre appel à témoins: avez-vous déjà été victimes de telles pratiques?

Le rapport de la Commission nationale de déontologie (CNDS), publié ce mardi, n’est pas tendre pour les forces de police. Il dénonce tout d’abord les « violences au cours des rassemblements sur la voie publique ». Tout en reconnaissant la difficulté de mettre en place un système de vidéo qui filmerait les actions des forces de l’ordre, la Commission recommande tout de même « que les phases d’engagement au contact des manifestants soient filmées par un ou plusieurs fonctionnaires exclusivement missionnés à cet effet », comme cela a été expérimenté lors des manifestations anti-Otan à Strasbourg.

La CNDS décrit également des « atteintes à la dignité des personnes arrêtées ». La Commission préconise fortement l’abandon de la « pratique du tutoiement » ainsi que l’usage de « paroles vexantes » qui peuvent être considérées comme « un acharnement discriminatoire » chez les personnes subissant un contrôle.

Elle déplore également le recours abusif au menottage, pratique qui continue à être « la règle et non l’exception ». De même, la Commission regrette le trop grand nombre de « fouilles à nu » et souhaite qu’une « évaluation individualisée des circonstances et des profils » soit appliquée.

Autre pratique dénoncée: des « manquements déontologiques » lors des reconduites à la frontière. La CNDS évoque des traitements « inhumains et dégradants » de la part des agents. Elle rappelle que la France a déjà été condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) pour des faits analogues…

A lire sur l’Express : www.lexpress.fr/actualite/societe/violences-policieres-un-rapport-accablant_757023.html


Dire merde au travail : méthode pratique et théorisation radicale

« Vous êtes dynamique / vous êtes motivé / Vous rêvez de rejoindre une équipe ambitieuse / Vous êtes créatif / Vous aimez la compétition… » Euh… pas vraiment… Alors, quand quelqu’un se charge de répondre vertement – et pour nous – aux offres d’emploi sorties du cerveau faisandé des DRH, on applaudit. Et itou quand un collectif démonte radicalement les mensonges et illusions de la valeur travail : on agite les quenottes avec enthousiasme.

« En plus je dois dire non à ton job. Je suis bientôt dans un meilleur autre job que les croissants. »

Renverser les rôles. A la passivité forcée du chercheur d’emploi multipliant les candidatures pour des prunes, substituer la force subversive du malpoli qui envoie bouler les règles en vigueur. Dire non. Non au monde du travail, à l’esclavage moderne, à l’obligation bouffeuse de vie, aux règles de bienséance professionnelle. Vaste programme auquel s’est employé Julien Prévieux pendant quelques années. En tout, il a envoyé plus de mille lettres en réponse à des offres d’emploi sélectionnées dans des journaux. Non pas pour postuler, étaler ses compétences et lisser le propos. Lui a préféré écrire pour dire pourquoi il ne postulait pas, n’était pas « motivé ». Des lettres de non-motivation quoi. Au total, 1 000. Pas d’inquiétude, la collection Zones [1] ont taillé dans le tas, en gardant (en gros) une cinquantaine de ces petits condensés d’absurde.

[...]

Ce que Prévieux fait instinctivement, avec humour et jubilation, le collectif Krisis lui donne un sens, le théorise. A tel point que les deux ouvrages, Lettres de non-motivation et Manifeste contre le travail, semblent fait pour se répondre et se compléter, l’un démontage rigolo de l’absurdité des us et coutumes du marché de l’emploi, l’autre charge violente et très fouillée sur l’asservissante et aliénante idéologie du travail.

Un constat, d’abord : pour les auteurs – Krisis est un collectif allemand de militants et penseurs, auteur de plusieurs ouvrage sur le travail, dont ce Manifeste publié en 1999 – la lecture marxiste est dépassée. Le monde ne peut plus se penser en terme de lutte des classes, celle-ci n’étant qu’une prolongation de la société capitaliste. Et l’affrontement entre bourgeoisie et prolétariat ne doit plus se concevoir comme un rapport de force et d’exploitation, puisqu’il s’agit de « deux intérêts différents (quoique différemment puissants) » inhérents au capitalisme. En clair, il n’est qu’une façon de se libérer et de parvenir à une société sans classes : mettre à bas la valeur travail, totalement et sans concession.

A lire sur Article11 : www.article11.info/spip/spip.php?article386


Ondes électromagnétiques et téléphones portables : l’appel à pétition des médecins

Nous, soignants signataires, lançons un appel aux pouvoirs publics, pour un respect strict du principe de précaution, pour que soit établi un cadre strict législatif et réglementaire et pour une plus grande vigilance dans le suivi des effets sur la santé des ondes électromagnétiques.

L’Académie nationale de Médecine a rendu publique une « mise au point » le 3 mars 2009, qui est une « mise en garde contre une interprétation subjective du principe de précaution » et annonce qu’est « mis en place un groupe de travail pour examiner les questions que pose cette actualité ». La procédure parait inhabituelle, l’Académie s’est auto-saisie et a publié ce communiqué, avant même la constitution d’un groupe de travail, après une seule réunion d’un groupe informel. Le Pr Aurengo en faisait partie : nous apprenons qu’il est également membre du comité scientifique de Bouygues Télécom. Cette situation de conflit d’intérêts rend l’expertise douteuse. Nous demandons l’application stricte du principe de précaution…

Sur Pratiques, les cahiers de la médecine utopiquewww.pratiques.fr/Ondes-electromagnetiques-et.html


Il suffit d’un sécateur pour paralyser une ville de 50 000 habitants

Classé dans : désintoxicant, sciences et technologies @ 09:40

Il y a moins de trois semaines, le 9 Avril 2009, une ville de 50 000 habitants aux Etats-Unis a été la victime d’une cyberattaque d’envergure, qui l’a totalement coupée du reste du “monde-réseau”. Etonamment, la presse tant U.S. qu’internationale n’a pas parlé de cet évènement, qui est pourtant riche en enseignements.

LES FAITS : Dans la nuit du jeudi au vendredi, un groupe non identifié a soulevé quatre couvercles de bouches d’égout dans la ville de Morgan-Hill, dans le Nord de la Californie. Ils sont descendus dans les conduits et – à l’aide d’un sécateur, ont sectionné huit cables en fibre de verre, déclenchant par ce simple geste une cyber-attaque aux conséquences énormes.

Cette attaque a apporté la preuve de l’extrême fragilité des infrastructures modernes de communication, et ce pour une raison très simple : pour des raisons de coûts et de non-coordination des différents acteurs technologiques, cette infrastructure est extrêmement centralisée.

Comme tout le monde utilise les mêmes “tuyaux”, un seul coup de sécateur a privé, en un instant, la ville de Morgan Hill ainsi qu’une partie des contés avoisinants de toute une gamme de services vitaux : les services d’appel d’urgence, le réseau de téléphones portables, le réseau de téléphonie filaire, l’accès Internet DSL ainsi que des réseaux privés, les services d’alerte pompiers et de télésurveillance, les distributeurs de billets, les terminaux de paiement par carte de crédit, les pompes à essence automatiques… ainsi que les systèmes de surveillance d’équipements sensibles. Par ailleurs, certaines ressources qui auraient du ne pas être affectés – comme par exemple le réseau informatique interne du centre hospitalier – se sont avérés avoir besoin d’un accès à des ressources distantes pour pouvoir fonctionner. A l’hôpital il a fallu basculer sur un système papier pendant plusieurs jours et les médecins n’avaient plus accès aux dossiers des malades…

Lire l’article sur Libertes & Internets : libertesinternets.wordpress.com/2009/04/26/il-suffit-dun-secateur-pour-paralyser-une-ville-de-50-000-habitants/


La surveillance des e-mails, invitée-surprise du projet Hadopi

Hier en commission des lois, où l’ambiance fut, dit-on de multiples sources, très tendue, le projet Création et Internet a révélé une facette encore méconnue. Celle du filtrage des e-mails. Voire plus en raison du caractère extrêmement vaste des termes employés. dans le texte que doivent voter les parlementaires Une pièce de plus à rajouter à la liste des points noirs de ce fameux projet de loi.

Subrepticement glissée dans le texte au fil des discussions, est apparue la mention de « communication électronique » lors des débats parlementaires. Dans plusieurs endroits du texte qui a été confirmé hier en Commission des lois, on retrouve cette fameuse mention…

A lire sur PC INpact : www.pcinpact.com/actu/news/50590-filtrage-email-messagerie-hadopi-communication.htm

Posté par Cyrille.


28/04/2009

Tchernobyl: les enfants bloqués à la frontière française


En 1986, la France apprenait que le nuage de Tchernobyl s’était arrêté à la frontière. Alors que, ces 25 & 26 avril, le Chernobyl day “célèbre“, dans le monde entier, l’anniversaire de la plus grande catastrophe liée à l’activité humaine (si l’on excepte les guerres) de tous les temps, on découvre que si le nuage n’a bien évidemment pas été arrêté à la frontière française, les enfants irradiés de Tchernobyl le sont, eux, et par l’administration française.

L’association Les enfants de Tchernoby accueille chaque année environ 200 enfants issus de familles défavorisées habitant les régions touchées par les retombées de la catastrophe et qui passent, pour la plupart, 3 semaines de vacances en Alsace et dans les départements limitrophe.

Au-delà de l’aspect humanitaire, l’enjeu est aussi sanitaire : l’association note ainsi que ces trois dernières années, “les enfants accueillis ont réduit leur charge corporelle en césium radioactif de 30% en moyenne, jusqu’à 46% pour les plus contaminés, uniquement par une alimentation ‘propre’“.

Or, cette année, l’association déplore “un accroissement important des difficultés logistiques et un surcoût remarquable“. Le problème ? Les visas biométriques, qui compromettraient la possibilité, pour l’association, d’accueillir ces enfants de Tchernobyl…

A lire surBUG BROTHER : bugbrother.blog.lemonde.fr/2009/04/24/tchernobyl-les-enfants-bloques-a-la-frontiere-francaise/


Une bonne vidéo des Guignols vaut mieux qu’un long discours !

Comment le capitalisme gère les crises…


LA VERITE EST PARFOIS AMERE…..

Sur Oulala.net : www.oulala.net/Portail/spip.php?article4034


27/04/2009

Le Beurre et l’Argent du Beurre : numéro spécial RSA

Le RSA est généralisé au 1er juin.

Si vous êtes dans un département expérimentateur , concrètement vous savez déjà ce que c’est : là où le misérable RMI s’obtenait en un mois et demi, le misérable RSA, c’est trois mois parfois plus sans un sou à faire le siège de la CAF fermée une semaine sur deux.

Et si par malheur, vous avez retrouvé quelques heures de boulot, là c’est généralement quelques centaines d’euros en plus du salaire les trois premiers mois et après la dégringolade : CMU-C coupée, allocation logement revue à la baisse et des compléments de salaire aléatoires, bien vite bouffés par vos agios et vos crédits conso.

Si vous êtes dans un département non expérimentateur, vous en êtes au stade de l’inquiétude persistante, voire de l’insomnie angoissée, que le joli dépliant en quatre couleurs avec le mot du Président du Conseil Général n’a pas suffi à dissiper.

Ce numéro spécial du Beurre et de l’Argent du Beurre n’est pas destiné à vous rassurer, bien au contraire.

Car, cher ex-Rmistes et ex-APIstes, pour s’en sortir avec le RSA, il va falloir définitivement abandonner la méthode Coué, celle qui nous pousse à remettre indéfiniment au lendemain le moment de se mettre en lutte.

Fini de se répéter les :

« Ils ne peuvent quand même pas nous laisser crever de faim »

« Ils savent que s’ils ferment les accueils des CAF, ce sera l’émeute »

 » Martin Hirsch quand même, c’était un ami de l’abbé Pierre, le RSA ne peut pas être aussi monstrueux »

 » Je m’en fous, cette fois je me trouve un CDI vite fait, et je ne demande plus rien à ces administrations de merde  »

Donc, dans ce numéro du journal, vous découvrirez la réalité brute du RSA : à travers quelques témoignages, un bilan de l’expérimentation menée dans le Val d’Oise, ou l’application du contrôle sur vos moindres faits et gestes à travers le décret train de vie.

Vous découvrirez aussi comment Martin Hirsch pourra dans quelques mois se vanter d’avoir fait baisser le nombre d’allocataires : en excluant un maximum de monde, ceux considérés comme étrangers mais aussi tous ceux qui ont encore un appartement à eux, ou quelques économies acquises avant de tomber dans la précarité totale…

L’information est une arme, c’est à vous de l’utiliser : en n’attendant pas le moment où vous n’aurez plus rien, où vous serez coincé entre le boulot à temps partiel et les inutiles et longues démarches à la CAF.

En vous activant dès maintenant, pour rencontrer d’autres allocataires en lutte, en participant aux actions de solidarité pour d’autres, en occupant les CAF contre les fermetures….

Au Réseau Solidaire d’Allocataires, on n’a pas attendu le premier juin, pour contrer leurs précarisation, par la mise en commun de nos galères.

A travers les interventions dans les CAF, à Paris, à Cergy, ou Argenteuil

En allant calmer les ardeurs contrôleuses des structures d’insertion, publiques, ou privées

En partant à la rencontre des travailleurs sociaux

A bientôt donc….

Téléchargez le numéro spécial du Beurre et de l’Argent du Beurre au format PDF: le_beurre_et_l_argent_du_beurre.pdf

Sur le site du Collectif RTO : www.collectif-rto.org/spip.php?article778


Comment j’ai frôlé la garde à vue

Quand on est journaliste, c’est toujours mieux d’être témoin des faits qu’on rapporte. Quand on en est la victime, c’est encore plus intéressant. Hier, à Plan Cabane, je me suis retrouvé dans les deux situations. Si j’ai choisi d’en parler, c’est parce que le comportement des policiers municipaux me paraît significatif de dérives observées partout en France. La loi a beau être du côté des citoyens, certains policiers s’en moquent – ou ne la connaissent pas – et abusent de leur pouvoir…

Lire l’article sur Montpellier journal : www.montpellier-journal.fr/2009/04/comment-jai-frole-la-garde-a-vue.html


Julien Coupat : «l’antiterrorisme est la forme moderne du procès en sorcellerie»

Le diable aime les détails. Signe des temps, les détails sont numériques. Le 26 janvier, le chef de section d’assistance aux investigations judiciaires du Bureau de la lutte anti-terroriste adresse un mail au juge Thierry Fragnoli, qui commence sérieusement à s’impatienter. Où sont les expertises des crochets saboteurs de lignes de chemin de fer? Ce mail, jamais révélé, Mediapart en a lu une copie. Réponse policière: la gendarmerie fait au plus vite. Son rapport arrivera «vers le vendredi 13 février». Et l’homme d’ajouter, comme dans une parenthèse d’impuissance : vendredi 13, «jour de chance, il nous en faut. Bien cordialement».

La suite, on la connaît. De la chance, les enquêteurs n’en ont pas eu. Ni ADN, ni empreinte digitale, rien. En ces temps numériques de la preuve scientifique absolue, ça la fiche mal. Surtout quand les relevés d’indices ne se font pas dans les règles de l’art policier, comme ça semble avoir été le cas sur plusieurs des cinq lieux de sabotages un en octobre 2008, quatre simultanés en novembre… Quant à la chance, comme facteur d’enquête, on a connu plus rigoureux.

D’ailleurs, depuis l’offensive des avocats début avril, et les dernières révélations successives cf. onglet Prolonger et ci-dessous, les langues commencent un peu à se délier.

Selon différentes sources proches du dossier, recoupées par Mediapart, l’origine du cafouillage de l’enquête pourrait venir de là. Venir du pataquès autour de l’ADN. Le 8 novembre, au lendemain des dégradations sur les lignes SNCF, c’est ambiance de crise au ministère de l’intérieur. Chacun y va de ses suggestions. La Sous-direction anti-terroriste SDAT et la Direction centrale du renseignement intérieur DCRI ont de forts doutes sur Julien Coupat et son amie, Yildune Lévy. Ils viennent d’être pistés dans la nuit en Seine-et-Marne, à proximité d’un des lieux en question. Trois de leurs amis ont également été contrôlés dans la même nuit, à proximité d’une autre ligne SNCF. Mais ce sont surtout les gendarmes, selon nos informations, qui se montrent les plus affirmatifs. Ils assurent au cabinet de Michèle Alliot-Marie avoir «tout ce qu’il faut» pour confondre les auteurs, aux dires de différents témoignages. Entendre: ils ont les crochets et les empreintes qui vont avec…

A lire sur Libertés & Internets : libertesinternets.wordpress.com/


23/04/2009

Freak power ! La révolution sera joyeuse et foutraque (ou ne sera pas)


C’est mort. Notre monde est morne, notre société chiante, et même les ultimes opposants à la machine molle feraient bailler d’ennui un poisson rouge lymphatique. Ni folie ni talent, nous manquons d’envie et de passion. Nous devrions dévorer le vieux monde, le violer séance tenante, nous ne faisons que le regarder passer. Alors : autant se réfugier dans les Sixties, qu’on rigole un peu.

« Il faut saisir chaque moment comme s’il était le dernier ».
Thoreau.

Une palanquée de foutus larrons, experts à dynamiter les conventions, à se jouer des codes du genre révolutionnaire, à prôner le stupre, le foutre et la jouissance comme exercice de gouvernement, à refuser d’entrer dans le jeu – fut-il radical – sauf à en créer ses propres règles, à dire merde aux méchants, aux gens trop sérieux, aux dogmatiques chiants et aux théoriciens réducteurs. Les seuls militants qu’on serait prêt à suivre les yeux fermés et les sens en éveil, justement parce qu’ils ne le sont pas. Mais inventifs, originaux, jamais fatigués. Débraillés, allumés, vraiment barrés. Rigolards, géniaux et profondément anarchistes. Gens qui avaient compris combien, au froid constat actuel d’une Insurrection qui vient, il manquerait toujours le chant de la vie et de la folie, l’amour du genre humain, de la musique, de la fête et de la drogue. Il y a cinquante ans ou aujourd’hui, un même constat : la révolution ne sera que défaites si elle ne nous permet de jouir davantage.

« Ce ne sont jamais les excès qui tuent, mais ce qui les contrarie. »
Raoul Vaneigem, Le Livre des plaisirs.

Paradoxe : c’est dans la froide et engoncée Amérique, sortant du maccarthysme et toute en proie à un désolant rigorisme, que ces géniaux dynamiteurs se sont pleinement fait entendre. Et on cherchera vainement, si ce n’est dans les marges, de mouvements d’une telle ampleur dans une Europe qui s’est pourtant toujours rêvée à la pointe des combats culturalo-politiques. Fouillez ! Il y a bien les provos, quelques situs dissidents prônant l’éthylisme comme seul moteur de la révolution, d’éphémères militants de la libération sexuelle – pâle copie de leurs inspirateurs américains – et des marginaux solitaires. Mais rien de comparable à ce climat de frénésie libératrice qui agite les Etats-Unis durant les années 1960. Pour le plaisir, retour sur quelques épisodes qu’on ne devrait pas oublier, histoire de ne pas rater les soulèvements qui s’annoncent.

Prends un acide et monte dans le bus !…

A lire sur Article11 : www.article11.info/spip/spip.php?article364


Connaissez-vous l’extreme shepherding?

Classé dans : culture @ 14:38

les bergers de l’extrême!
Très belle vidéo virale, une pub pour les téléviseurs Samsung.


Au jardin des Plantes il est désormais interdit de penser et de parler: histoire d’un cours interdit

Je suis inquiet, très, très inquiet…

Vendredi dernier, à titre de solidarité avec mes collègues enseignants de l’Université de Paris 8 engagés, en tant que titulaires et chercheurs de l’Education Nationale, dans une opposition difficile à Valérie Pécresse, j’ai décidé de tenir mon cours sur la biodiversité et l’origine de la protection des espèces et des espaces, que je donne habituellement dans les locaux du département de Géographie (où j’enseigne depuis 20 ans), dans l’espace du Jardin des Plantes (Muséum National d’Histoire Naturelle), là où fut inventée la protection de la nature. Une façon, avec ce « cours hors les murs », de faire découvrir ces lieux aux étudiants et d’être solidaire avec la grogne actuelle mais sans les pénaliser avant leurs partiels.
Mardi, arrivé à 14 h 30, avant les étudiants, j’ai eu la surprise de me voir interpeller dés l’entrée franchie par le chef du service de sécurité tout en constatant que les deux portes du 36 rue Geoffroy Saint Hilaire était gardées par des vigiles…
- « Monsieur Vadrot ? ».
- euh…oui
- Je suis chargé de vous signifier que l’accès du Jardin des Plantes vous est interdit
- Pourquoi ?
- Je n’ai pas à vous donner d’explication….
- Pouvez vous me remettre un papier me signifiant cette interdiction ?
- Non, les manifestations sont interdites dans le Muséum
- Il ne s’agit pas d’une manifestation, mais d’un cours en plein air, sans la moindre pancarte…
- C’est non….

A lire sur Blog Environnement ,nature et société: que disent et font les politiques… : horreurecologique.blogspot.com/2009/03/au-jardin-des-plantes-il-est-desormais.html

Posté par xmx.


L’Inde et l’Occident

Classé dans : altermondialistes, désintoxicant, nord/sud, politics @ 13:19

Du 15 avril au 13 mai, 714 millions d’Indiens vont élire leurs députés 543. Dans ce pays aux prises avec la crise, nul ne peut prédire l’issue de ce scrutin. Quels sont les évolutions du pays et ses liens à l’Occident ? Lors du colloque annuel organisé par Le Monde diplomatique et les Carrefours de la pensée, au Mans, du 13 au 15 mars, Jean-Luc Racine a analysé ces rapports. Nous publions sa conférence.

Le rapport de l’Inde d’aujourd’hui à l’Occident peut être analysé au crible de plusieurs filtres. J’en retiendrai trois : 1/ celui de l’histoire nationale et de la genèse de la modernité indienne ; 2/ celui du mouvement des idées qui nourrit, en Inde et ailleurs, la réflexion sur l’universalité conçue par l’Occident et remise en cause par divers courants de pensée, en partie nés en Asie ; 3/celui de la géopolitique et de la posture que prend ou que prendra l’Inde sur deux espaces emboîtés : le tablier de go sur lequel se déploient les nouvelles compétitions inter-asiatiques liées à la montée en puissance de la Chine, et l’échiquier mondial sur lequel, après le système Bush, l’administration Obama s’efforce de préserver la suprématie américaine par une approche moins unilatéraliste des problèmes…

Lire la conférence sur Planète Asie – Les blogs du Diplo : blog.mondediplo.net/2009-04-15-L-Inde-et-l-Occident


Face à la crise, il faut partager

La hausse des inégalités est l’une des raisons de la crise. Cette dernière impose un effort de solidarité, et donc d’augmenter l’impôt sur le revenu. Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait du quotidien Le Monde.

La montée des inégalités est au cœur de la crise économique qui secoue les économies mondiales. L’une des raisons fondamentales de la dépression actuelle est la course en avant des plus riches vers la richesse. Ce « toujours plus » leur a fait perdre conscience, et prendre des risques financiers inconsidérés. Il s’est d’abord traduit par la recherche de rendements insensés pour les capitaux investis dans les entreprises (tirés des profits), très supérieurs à la croissance de l’économie globale, qui atteignait 3 ou 4 % dans le meilleur des cas au sein des pays riches. L’ajustement était fatal : pour partie, la crise actuelle remet à l’heure les pendules du capitalisme fou. Et les mêmes qui hier ne juraient que par la concurrence implorent la collectivité de venir à leur secours…
[...]
Il est impossible de répondre à la crise économique sans un effort de solidarité nationale, sauf à aggraver de façon vertigineuse les déficits publics, qu’il faudra de toute façon payer un jour. Cet effort ne saurait être réalisé sans tenir compte des gains obtenus dans les années récentes par les plus aisés. La déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de indique que la contribution commune doit être « répartie entre les citoyens en fonction de leurs facultés ». C’est l’impôt sur le revenu, dont le taux augmente avec le niveau de vie, qui tient le mieux compte de ces facultés. Peu nombreux sont ceux qui osent le dire compte tenu de la démagogie fiscale régnant en France, mais il faut aujourd’hui augmenter l’impôt sur le revenu.

Pour éviter de pénaliser les catégories moyennes, on peut imaginer deux directions. Il faut d’abord réduire réellement les privilèges fiscaux, des journalistes à l’emploi de personnel domestique (qui ne concerne réellement qu’un dixième des foyers) jusqu’aux investissements immobiliers. Si l’on ne s’en tient pas à quelques exceptions pour les « ultra-riches », la suppression des niches fiscales peuvent apporter plusieurs milliards d’euros à l’Etat. Dans le même temps, on pourrait relever les taux des tranches supérieures du barème, et recréer une nouvelle tranche d’imposition supplémentaire à 50 % pour les revenus les plus élevés. Compte tenu des gains enregistrés, une telle mesure n’aurait pour effet que de faire revenir le niveau de vie des plus aisés quatre ou cinq ans en arrière…

Observatoire des inégalitéswww.inegalites.fr/spip.php?article1067


Big Brother Awards 2009 : le palmarès

En vrac, et en résumé, ont été primés, cette année : Eric Woerth, ministre du budget, Bertrand Delanoë et Christophe Caresche, de la mairie de Paris, la Mutualité française, la Caisse nationale d’allocations familiales (CNAF), le projet européen Humabio, Frédéric Lefebvre (qui a reçu un “bâton merdeux” -sic), Michèle Alliot-Marie, le “zélateur anonyme” et, pour ce qui est des “prix Voltaire” (i.e. “gentils“), Monique et Mireille, deux bénévoles de Calais, ainsi que le Collectif Non à Edvige, l’Appel des directeurs d’école contre Base-élèves et le Collectif Non à l’éducation biométrique de l’Hérault…

A lire sur BUG BROTHER : bugbrother.blog.lemonde.fr/2009/04/06/big-brother-awards-2009-le-palmares/


Table ronde radiofréquences : organisation « floue » selon les associations


Les associations Agir pour l’environnement et Priartém ont dénoncé mardi le « flou » de l’organisation de la table ronde radiofréquences prévue jeudi au ministère de la santé et s’inquiétent de l’absence de scientifiques.

« Nous nous battrons pour que des scientifiques participent à cette table ronde » sur la téléphonie mobile et les antennes relais, a déclaré mardi devant la presse Janine Le Calvez, présidente de Priartém. « On nous a dit (au ministère de la santé, ndlr) qu’ils n’étaient pas indispensables », a-t-elle ajouté.

Au sein du collège « personnalités qualifiées », seuls un juriste et deux sociologues sont invités à faire part de leur expertise. Jean-François Girard, ancien directeur général de la Santé et directeur de l’Institut de recherche pour le développement, présidera les séances de travail.

Les associations n’ont « aucune intention de jouer les faire-valoir » : « si on a le sentiment que tout est verrouillé, il faudra le dénoncer et se retirer des discussions, a averti Janine Le Calvez.

« Nous espérons que l’incertitude scientifique soit reconnue » concernant les risques des ondes pour la santé, a de son côté indiqué Stephen Kerckhove, délégué général d’Agir pour l’environnement.

Cette table ronde rassemblera une cinquantaine de représentants des opérateurs, des usagers, des collectivités locales et de l’Etat autour de la ministre de la santé Roselyne Bachelot et des secrétaires d’Etat Nathalie Kosciusko-Morizet (Economie numérique) et Chantal Jouanno (Ecologie). Après le 23 avril, plusieurs réunions des groupes de travail sont prévues, « une journée sur les antennes-relais le 6 mai, une demi journée sur les portables le 14 et une journée le 15 sur tout ce qui n’aura pas été traité », selon la présidente de Priartém.

Les associations exigent au nom du principe de précaution, « une véritable loi encadrant le développement de la téléphonie mobile ».

Elles demandent notamment l’abaissement des seuils réglementaires d’exposition aux ondes à 0, 6 volt par mètre (contre 41 V/m actuellement), l’interdiction des téléphones portables pour enfants et le lancement d’une campagne d’information sur les risques potentiels d’une utilisation prolongée du portable.

Sur PRIARTEM : www.priartem.fr/Table-ronde-radiofrequences.html


Une CNIL « technophobe et pessimiste » selon Google

La CNIL épingle Google sur les données personnelles

Le torchon brûle entre Google et la CNIL? Alex Türk, président de la Commission Nationale Informatique et Libertés, ne veut pas voir le moteur de recherche américain conserver les données personnelles de ses utilisateurs plus de 6 mois. Ce qui provoque la colère de Google.

C’est Peter Fleischer, responsable de la protection des données personnelles de Google qui qualifie, le président de la CNIL comme étant « technophobe et pessimiste » suite à son refus de voir le moteur de recherche conserver certaines données 9 mois au lieu de 6.

Google est en effet le seul moteur de recherche à vouloir allonger la durée de conservation des données personnelles de ses utilisateurs parmi les trois moteurs majoritaires (avec Yahoo! et Live Seach). Yahoo! a même fait part d’une récente intention de baisser cette durée à 3 mois.

Le G29 (groupement des 29 « CNIL » européennes) a de son côté également émis le souhait de voir cette conservation limitée à 6 mois. « Google n’a pas d’arguments » selon Alex Türk pour justifier un allongement.

Sur infos du net : www.infos-du-net.com/actualite/15455-cnil-google.html

Posté par Cyrille.


La liste des 10 000 signataires pro-Hadopi très critiquée

Afin de faire comprendre plus encore aux Internautes l’importance de la loi Création et Internet, le fameux site JaimeLesArtistes.fr a récemment publié une liste de 10 000 signataires favorables à la loi. Il ne s’agit cependant pas d’une liste de 10 000 artistes, mais, comme le précise le document, de 10 000 auteurs, compositeurs, éditeurs, artistes, producteurs, réalisateurs, et acteurs du monde de la musique. Résumer l’intégralité de cette liste à « 10 000 artistes » serait donc fallacieux.

Seul problème, selon La Quadrature du Net, la liste intègre des centaines de salariés des maisons de disque (Universal, Warner, EMI et Sony) et de leurs représentants (SNEP, SCPP, SACEM). On retrouve ainsi Pascal Nègre, Hervé Rony et Laurent Petitgirard, ce qui n’a rien d’étonnant, mais aussi de simples assistants, des responsables (financiers, marketing, etc.) sans rapport direct avec les artistes. En somme, alors que la fameuse liste n’a pas encore été décortiquée dans son intégralité, on remarque qu’Universal et surtout la SACEM sont incroyablement représentés.

Autre point troublant, de nombreux artistes s’étant plus ou moins élevés contre la loi font partie de la liste. On notera notamment la présence de Marc Cerrone et de Gilbert Montagné. Nicola Sirkis (Indochine), s’est pour sa part étonné de sa présence sur ce document, alors qu’il n’a selon lui rien signé.

Ce n’est cependant pas fini. Jérémie Zimmermann, le créateur de La Quadrature du Net nous confie son étonnement de voir qu’une part incroyable des artistes pour l’instant repérés sont de simples inconnus. 90 % n’ont pas un de leur morceau sur eMule, et 60 % sont introuvables sur Google nous précise Jérémie.

Sur PC INpact : www.pcinpact.com/actu/news/50333-liste-10000-signataires-creation-internet.htm

Posté par Cyrille.


22/04/2009

Derrière les portes des abattoirs de France

Classé dans : désintoxicant, santé, écologie @ 08:40

Au sein de l’Union européenne, près de 360 millions de porcins, d’ovins, de caprins et de bovins ainsi que plusieurs milliards de volailles sont abattus chaque année pour produire de la viande. Or, chacun de ces animaux est un être sensible, c’est-à-dire capable d’éprouver toute une gamme de sentiments, de sensations et d’émotions, comme par exemple la douleur, la peur, le plaisir et la joie. Depuis une trentaine d’années, la science du bien-être animal a montré que tout animal «de ferme» est un individu hautement complexe.

Pourtant, afin de répondre à la demande mondiale de viande, ces êtres sensibles sont tués, écorchés et découpés pour être transformés en simples produits alimentaires. Tout cela se fait commodément hors de la vue du public, derrière les murs des abattoirs, et dans un laps de temps le plus court possible.

Aujourd’hui, une investigation de One Voice, réalisée sur une période d’un an et portant sur 20 abattoirs, révèle ce que subissent quelques-uns seulement des 40 millions d’animaux destinés à la boucherie et à la charcuterie et plus d’un milliard de volailles, lapins et petits gibiers abattus chaque année en France.

Ce rapport de One Voice sur une enquête relative aux abattages révèle les réalités de l’activité quotidienne dans les abattoirs français. Il décrit ce que subissent les animaux dans ces chaînes de traitement à grande vitesse et à gros débit destinées à satisfaire le marché de la viande.

Nos enquêteurs ont constaté que les animaux recevaient parfois des coups de pied, des coups de bâton ou des coups de pique; certains animaux ont dû être étourdis à deux ou trois reprises et certains étaient conscients au moment où ils étaient égorgés et perdaient leur sang; certains animaux étaient recroquevillés ou tremblants de terreur et essayaient de s’échapper, et des animaux malades ou infirmes étaient littéralement traînés vers la mort. Ce rapport met aussi en lumière un des aspects les plus choquants de l’enquête: la désensibilisation apparente d’un certain nombre d’employés des abattoirs, qui ne paraissaient pas se rendre compte qu’ils avaient affaire à des êtres sensibles et souvent terrifiés.

Ce rapport dévoile surtout une vérité qui dérange les consommateurs de viande et le législateur: la notion d’abattage «humain» est un paradoxe. Alors que notre société de consommateurs de viande se rassure en se fondant sur le principe de l’abattage «humain», il n’existe rien de «doux», de «compatissant» ni de «miséricordieux» dans l’acte sanglant qui consiste à tuer des animaux pour la viande. En septembre 2008, la Commission européenne a annoncé que les méthodes d’étourdissement dont les inconvénients pour les animaux sont reconnus et/ou que les scientifiques considèrent comme pénibles pour les animaux continueront d’être utilisées en raison de «l’absence d’alternatives pratiques dans des conditions commerciales».

Lire le rapport au format PDF : www.one-voice.fr/sites/default/files/Derriere_les_portes_des_abattoirs_de_France_0.pdf

Consultez le site de One Voice : www.one-voice.fr/

Posté par xmx.


21/04/2009

OGM : rendements médiocres, impact sanitaire catastrophique, le mirage s’estompe…

Rendements médiocres aux Etats-Unis, impact sanitaire catastrophique en Argentine, interdiction du MON810 en Allemagne… Tout cela en 24 heures : un mardi noir pour les OGM. D’autant que ces révélations font suite à une longue série de mauvaises nouvelles. Quand la citrouille redevient fléau…

Des maïs OGM victimes d’un bug en Afrique du Sud, et dont la récolte est anéantie. Des gènes de maïs génétiquement modifié qui contaminent des variétés sauvages à grande échelle, au Mexique. Des OGM (dont certains interdits en Europe) qui se retrouvent dans l’assiette du gentil consommateur belge, y compris dans l’alimentation biologique. Des scientifiques qui s’insurgent contre l’obstruction des firmes semencières, aux Etats-Unis. 2009 commence mal pour les OGM. Et le flot des mauvaises nouvelles ne se tarit pas : hier, mardi, pas moins de quatre informations de première importance ont filtré.

A lire sur les mots ont un sens : www.lesmotsontunsens.com/ogm-rendements-mediocres-impact-sanitaire-catastrophique-mirage-s-estompe-4104


06/04/2009

HADOPI: TF1 ment

Alors que seulement 16 députés étaient présents dans l’hémicycle pour voter la Loi Internet et Réaction… euh, Création (alias HADOPI), permettant la mise en place d’un tribunal d’exception pouvant suspendre sans jugement, sans présomption d’innocence et sans recours a priori la connexion d’un internaute suspecté de téléchargement illégal, la chaîne de désinformation nationale de majorité présidentielle (Tout Faux 1) montre un hémicycle bondé applaudissant l’adoption de cette loi inique qui ouvre la porte à tous les abus gouvernementaux pour soi-disant tenter de soustraire l’industrie soi-disant morbide des médias à un piratage qui soi-disant la mènerait à sa perte.

La démocratie française va mal, très mal.

http://www.pcinpact.com/actu/news/50180-loi-hadopi-vote-deputes-tf1.htm

Les Pays-Bas, eux, viennent de publier les résultats d’une recherche commandée par le gouvernement sur les conséquences économiques et culturelles du “piratage” sur l’industrie de la musique, du film, et du jeu vidéo. Conclusion : le P2P a un impact « très positif ». (via Read Write Web)

Lire notamment les explications de vote de madame Martine Billard sur le site de l’Assemblée Nationale.

Mais en fait, ce qui est le plus hideux dans cette loi, outre les attaques évidentes aux principes de la Justice, de la vie privée, des libertés individuelles, c’est que cette Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection Intellectuelle est financée non pas par les ayant-droits mais par l’argent public : oui, nous payons pour que la police privée des intérêts privés des industries phonographique et cinématographique s’immiscent dans la vie privée des gens ordinaires dont la seule faute est d’avoir commis « un défaut de sécurisation de la connexion à l’Internet ». Hideux mais classique : l’esclave paie pour que son bourreau fasse son office. La République McDonald’s, où l’on doit payer pour se faire tailler un costume ? Désolé, je n’ai pas pu résisté à une page de pub, service privé oblige.

Voir aussi http://delicious.com/hellekin/hadopi

C’est infantile ! (mais ça marche)

Une mise à jour en forme de farce : après le vote en loucedé par 16 députés un soir, le texte est revenu à l’Assemblée où il a été rejeté par 21 voix (PS) contre 15 (UMP). Les députés PS s’étaient cachés derrière l’hémicycle selon un député UMP qui qualifiait ce comportement d’infantile. Les députés de l’opposition se seraient révélés juste avant le vote, histoire de surpasser en nombre les députés de la majorité, selon une tactique bien envoyée, répondant parfaitement à la tentative pitoyable de passer cette loi en force. Et pan ! Pas volé. Ca fait mal, hein, messieurs de l’UMP.

Malgré tout, la sinistre Albanel entend bien ne pas déroger à la règle de son Parti et forcer tout de même le passage « démocratique » de cette loi. Va-t-on la voir faire du porte à porte pour convaincre les députés UMP de se rendre dans l’hémicycle pour s’assurer une majorité « légitime » ? On rigole, on rigole… Mais comment faire autrement ? L’Assemblée Nationale ressemble de plus en plus à un cirque, il serait dommage de se priver. Tant que le rire n’est pas illégal, plions-nous en quatre (pour se cacher derrière les sièges de l’AN).

Par Hellekin.


05/04/2009

Après 1789, 2009 ?

Classé dans : désintoxicant, libertés, politics @ 14:18

La Révolution française, vingt ans après le bicentenaire, affleure à nouveau dans les discours publics. Le président de la République de reconnaître que ce n’est pas facile de gouverner un « pays régicide ». Alain Minc de mettre en garde ses « amis de la classe dirigeante » en rappelant que 1789 a commencé en 1788 et qu’il faut sans doute savoir renoncer à certains privilèges. Jean-François Copé de déplorer « la tentation naturelle de refaire en permanence 1793″.

Ces énoncés témoignent pour le moins d’une inquiétude : le peuple français ne se laisse pas si facilement gouverner, il a su et saurait peut-être à nouveau devenir révolutionnaire, voire coupeur de têtes. Parler de la Révolution française vise soit à la congédier en affirmant qu’on ne laissera pas faire à nouveau, soit à en faire le lieu d’une expérience utile pour ne pas répéter les erreurs passées. La violence doit aujourd’hui pouvoir rester symbolique et ne pas atteindre les corps. Pour ce faire, il faut savoir d’un côté la retenir, et de l’autre tarir les sources de son surgissement…

Lire l’article de Sophie Wahnich, historienne, chercheuse au CNRS-Laboratoire d’anthropologie des institutions et des organisations sociales (Laios-IIac) sur Le Monde.fr : www.lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40-0,50-1176699,0.html


Strasbourg : à force de provocations policières, le feu aux poudres…

Jeudi déjà, une manifestation assez brouillonne s’était conclue par une véritable chasse à l’homme policière. Hier, la pression est encore montée d’un cran entre les forces de l’ordre et les participants au contre-sommet de l’Otan. Après une provocation de trop – le blocage de l’entrée du camp – , de violents affrontements ont eu lieu, opposant manifestants et CRS.

Ils ne faisaient pas le poids, les clowns. Grenades assourdissantes contre gros nez rouges, canons à eau contre perruques multicolores, autant dire souliers de bronze contre pieds d’argile. En clair, les CRS avaient tout loisir de jouer les guerriers, dispersant violemment – après les deux ou trois sommations d’usage – les pitres sympathiques qui leur faisaient face.

Quelques lacrymos, quelques gros pétards policiers destinés à faire autant de bruit que de peur, et zou : cette manifestation qui n’en était pas une, excursion joyeuse d’une trentaine de clowns venus du camp de Ganzau – base arrière des participants au contre-sommet de l’Otan – , était stoppé net en plein quartier du Neuhof, dispersée sans égards, matée sans difficulté. Mais voilà : s’il est facile pour une centaine de robocops policiers de faire étalage de leur puissance face à des nez rouges pacifistes, les mêmes font moins les malins quand les jeunes de la cité prennent le relais. Voire plus du tout, hein…

A lire sur Article11 : www.article11.info/spip/spip.php?article352


QUE FAIT LA POLICE ? – Bulletin d’information anti-autoritaire

Nouvelle série – numéro 29 – Avril 2009

Nos maîtres policiers n’hésitent jamais à s’investir dans la tâche répressive à laquelle ils s’adonnent avec une évidente satisfaction. Faire la chasse aux contestataires “invisibles”, traquer les “voyous” des banlieues, expulser un maximum de sans papiers, ne suffit pourtant pas à la satisfaction de nos fins limiers. Fort heureusement, les fichiers policiers explosent, jusqu’à risquer de devenir inexploitables, tellement les “clients” concernés peuvent y figurer par erreur. Dans ce pays, jadis patrie des Droits de l’homme, il n’est plus un secteur de la vie quotidienne qui ne soit constamment épié par une officine policière. Certaines d’entre elles piétinent les même plates-bandes, se trouvant ainsi en concurrence : ce qui pourrait susciter un retour à la guerre des polices. Nous sommes effectivement sous contrôle actif. Que celui qui n’est pas défavorablement connu des services de police lève le doigt Cela ne suffit pas. Il est indispensable de prévoir de quoi seront faits les lendemains policiers. Mais non, il n’est pas question d’augmenter les effectifs de la Grande Maison car, en ces temps de récession, les économies sont à l’ordre du jour. Il serait surtout envisagé de se pencher sur la forme que pourrait prendre la délinquance future. Sans oublier le grave danger représenté par les millions de “réfugiés climatiques” qui, bientôt, ne manqueront pas de menacer l’ordre public dans les pays encore relativement protégés des ouragans et de la montée des eaux. Ne riez pas. Une récente enquête, publiée dans Le Monde, nous informait que la ministre de l’Intérieur, Michelle Alliot-Marie, venait de créer un département prospective. Au cas où… En fait, un très sérieux rapport, titré “Contexte stratégique de la sécurité intérieure à l’horizon 2025″, remis à la ministre de l’Intérieur en septembre 2008, a pour objet d’étudier “les tendances lourdes ou émergentes” en matière de sécurité. Dès le mois de février 2009, une étude plus précise sur “le vieillissement de la population et les besoins de la sécurité intérieure”, s’inquiétait de la possible criminalité des plus de soixante ans. Il fera bon vivre au pays de la liberté au cours des prochaines décennies. Une certitude : la réalité ne tardera pas à dépasser la fiction…

Lire le terrifiant bulletin de la veille sur le dérapages de plus en plus nombreux de l’autorité sur QUE FAIT LA POLICE ? : http://quefaitlapolice.samizdat.net/?p=260


04/04/2009

La beu contre le cancer

La nouvelle est tombée le 1er avril, la plupart des gens croyaient à un poisson d’avril. Guillermo Velasco et ses collègues de l’université Complutense à Madrid ont publiés la semaine dernière dans la prestigieuse revue médicale « Journal of Clinical Investigation » les résultats de leurs expériences. En effet , ils administrerent du THC (tetrahydrocannibinol), la substance psychotrope active du chanvre, à des souris atteintes de cancers. Leur conclusions sont assez surprenantes : le THC aurait pour effet de diminuer la croissance des tumeurs. Cette excellente nouvelle dans la lutte contre cette douloureuse et mortelle maladie l’est peut-être moins pour nos puissants, qui fustigent depuis un siècle les dangers du cannabis, en l’accusant d’être la cause de non seulement tous les maux qui surviennent dans le corps humain avec l’âge, mais aussi de la dechéance de la jeunesse. Cette cabale rappelle singulièrement la lutte de l’Église contre la masturbation, qui rend sourd et aveugle, provoque l’hydrocéphalie, le dessèchement du gland et encore bien d’autres sympathiques métamorphoses…

Lire l’article sur AgoraVox : www.agoravox.fr/article.php3?id_article=54113


Retour dans l’Otan : tropisme atlantiste et choc des civilisations

Notre président a beau jurer le contraire, se perdre en dénégations virulentes, l’affaire est entendue : la politique étrangère française ne saurait être guidée par d’autres impératifs que la défense contre le « danger islamique ». Un alignement stratégique aux forts relents de « guerre des civilisations » et qui promet de belles croisades en compagnie des autres alliés de la famille occidentale. L’axe du bien peut compter sur nous…

Il s’en défend : « Certains me disent (…) que la France s’engagerait dans une ’guerre des civilisations’, rien que cela, contre les Musulmans. (…) Mensonges ! Mensonges ! Contre- vérités ! On n’informe pas une grande nation démocratique par des mensonges. » Et encore, toujours lors de ce colloque de la Fondation pour la recherche stratégique du 11 mars dernier : « Quant à l’Alliance atlantique, elle ne fait pas la ’guerre des civilisations’« , promet Nicolas Sarkozy, assurant du même élan que « c’est l’OTAN qui défend le peuple afghan contre le retour des Talibans et d’Al Qaïda« .

« Mensonges » ? « Contre-vérités » ? Le président pourra multiplier les dénégations indignées, il ne saurait convaincre. Tant il n’est au fond qu’une réelle motivation à la réintégration de la France au sein du commandement militaire intégré de l’Otan : la peur des enturbannés, la chocotte des basanés, la crainte des musulmans… bref, la conviction que face au « danger islamique », il convient de nous rapprocher au maximum de nos alliés naturels : les occidentaux…

A lire sur Article11 : www.article11.info/spip/spip.php?article349


Déclaration du 23 mars 2009 : champs électromagnétiques et santé

Lors du colloque « Technologie sans fil, un nouvel enjeu sanitaire » organisé le 23 mars 2009 au Sénat, quatre professeurs les plus en pointe en Europe en matière de recherche sur les liens entre champs électromagnétiques et santé, ont lancé un appel solennel afin de mettre en garde les pouvoirs publics contre l’utilisation sans limitation des technologies sans fil.

[...] Nous, médecins, agissant en vertu du serment d’Hippocrate, nous, chercheurs, agissant au nom de la vérité scientifique, nous tous, médecins óu chercheurs de différents Etats membres de l’Union européenne, affirmons en toute indépendance de jugement, qu’existe un nombre croissant de malades devenus intolérants aux champs électromagnétiques, que cette intolérance leur créé un préjudice grave au plan de leur santé et de leur vie professionnelle et familiale, qu’on ne peut exclure chez eux l’évolution vers une maladie dégénérative du système nerveux, voire certains cancers, et par conséquent, que ce préjudice nécessite d’être reconnu et réparé par les systèmes de protection sociale des différents Etats membres de la communauté européenne.

Nous prévenons les pouvoirs publics qu’en l’état actuel de nos connaissances, on ne peut exclure qu’après une période d’exposition suffisante, cette intolérance puisse concerner aussi les enfants et donc être à l’origine d’un problème de santé publique majeur dans les années à venir dans tous les pays utilisant sans restriction les technologies modernes faisant appel aux champs électromagnétiques…

Sur le site de PRIARTEM : www.priartem.fr/Qeclaration-du-23-mars-2009-champs.html


03/04/2009

Le bouclier fiscal éviterait le terrifiant exode des riches et autres balivernes

Classé dans : désintoxicant, exclusions, politics, précarités @ 20:36

D’abord l’impôt serait confiscatoire dès lors qu’il dépasse 50% de ses revenus. L’idée semble de bon sens dans l’absolu et appuie sur un vieux fond de poujadisme : « regardez, au secours, on me vole plus de la moitié de ce que je gagne ! » Sauf que le problème est déplacé en l’abordant sous l’angle d’un pourcentage. Si l’on considère plutôt le montant, de combien a besoin quelqu’un qui gagne par exemple 200 millions d’euros par an – ne cherchez pas ailleurs, ce sont les vrais plus grands bénéficiaires du bouclier ? Sur quel poste de son budget devrait-il consentir de douloureux sacrifices si on ne lui laissait que 20 millions, mettons ? Devrait-il renoncer à se nourrir correctement, à cause de la hausse des denrées alimentaires, légumes, fruits, viandes, poissons, pâtes et pain compris ? Non, il aura toujours beaucoup plus que largement assez pour s’offrir le meilleur du bio et du raffinement gastronomique. Quoi alors ? Avec ses maigres 20 millions, risquerait-il de ne plus pouvoir payer son loyer ou les charges de son domicile et de basculer parmi les mal-logés, voire les SDF ? Pas plus. Il pourra toujours, à ce prix-là, financer en plus de la propriété le court de tennis privé et la piscine à bulles qui va bien. Sera-t-il alors privé de vacances, comme ces millions de Français qui ne partent plus, faute de boucler les fins de mois ? Plaisanterie : les cinq étoiles du bout du monde lui seront toujours promis pour assouvir ses désirs de farniente. La question qui se pose donc est : que confisque-t-on au juste à notre victime fiscale ? La rémunération méritée de son labeur ou l’obscène augmentation de l’écart à l’intérieur de l’échelle des revenus – de 1 à 300 ? Elle a créé une caste de princes régnant sur la multitude de leurs concitoyens (plus cons que citoyens d’ailleurs, de se laisser faire !), une infime minorité pour une légion de serviteurs – voire d’esclaves – économiques. Parce qu’il y en a un paquet, des gens qui ne peuvent plus acheter tous les jours de la nourriture saine à leur famille, qui sont dans la rue, ou mal logés, ou se saignent aux quatre veines pour payer leur logement, pour qui l’idée de vacances relève de l’utopie. Huit millions de pauvres en France, comptabilise l’Insee. Mais pour aider ceux-là, l’Etat n’a pas d’argent ! Alors comment justifier que le demi-milliard d’euros remboursé avec zèle aux protégés du bouclier fiscal ne soit pas à la place affecté à ceux qui en ont en vraiment besoin ? Quelle philosophie adopter pour parvenir à trouver normal que les inégalités se creusent toujours davantage entre ceux qui n’ont rien – le peuple – et ses élites économiques qui vivent comme des rois ? Au nom de quel humanisme est-ce légitime que certains gagnent en quelques mois des sommes qu’un Smicard ne parviendrait pas à approcher durant sa vie entière, usée à travailler plus pour gagner plus ? A l’argument qui dénonce le caractère confiscatoire de l’impôt, la réponse est donc simple : au lieu de regarder combien on prend, voyons combien il reste et on en reparle ensuite !

Extrait de l’article de Olivier Bonnet sur Plume de presse : www.plumedepresse.com/spip.php?article1094


Amnesty International: France. Des policiers au-dessus des lois ?


« Dans un climat où les violences policières ne sont pas toujours contrôlées, l’impunité de fait dont bénéficient régulièrement les agents de la force publique en France est inacceptable », a déclaré David Diaz-Jogeix, directeur adjoint du programme Europe et Asie centrale d’Amnesty International.

Le rapport d’Amnesty International intitulé France : des policiers au-dessus des lois condamne le fait que des mauvais traitements policiers, des injures racistes et des utilisations abusives de la force continuent d’être signalés tandis que les procédures d’enquête sur ces allégations ne sont toujours pas à la hauteur des normes requises par le droit international. L’organisation constate par ailleurs une tendance croissante à l’inculpation pour « outrage » ou « rébellion » des victimes ou des témoins de mauvais traitements commis par des agents de la force publique.

Les nombreux cas étudiés par Amnesty International dans le cadre de la préparation de ce rapport montrent que, si les victimes de mauvais traitements et d’autres violations des droits humains sont aussi bien des hommes que des femmes et appartiennent à toutes les tranches d’âge, la grande majorité des plaintes concernent des ressortissants étrangers ou des Français appartenant à une minorité dite « visible ».

« La tâche des responsables de l’application des lois en France est difficile et dangereuse, et les expose souvent à des risques importants. Il n’en demeure pas moins que, quand des fautes sont commises par la police, elles doivent faire l’objet dans les plus brefs délais d’enquêtes exhaustives, indépendantes et impartiales », a souligné David Diaz Jogeix.

« Les gens doivent pouvoir faire confiance à leur police. Or, aujourd’hui, ce n’est souvent pas le cas. Cette confiance ne sera possible que lorsque les gens verront que des mesures disciplinaires appropriées sont prises en temps voulu, et que les policiers responsables d’actes criminels sont traduits en justice selon une procédure impartiale et indépendante. Une telle confiance est aussi indispensable pour protéger la réputation de la majorité des représentants de l’ordre qui remplissent leur devoir avec professionnalisme et dans le respect de la légalité. »

Lire le rapport, le télécharger et voir la vidéo sur le site de Amnesty International : www.amnestyinternational.be/doc/article14437.html


La loi Hadopi votée à la sauvette par 16 députés !


Alors que le vote n’était pas prévu avant la semaine prochaine, les quelques députés présents à l’hémicycle à la fin de la discussion sur la loi Création et Internet ont été priés de passer immédiatement au vote, contrairement à l’usage. La loi a été adoptée, en attendant son passage en CMP puis au Conseil Constitutionnel.

On peine à en croire la démocratie dans laquelle on prétend vivre et écrire. Après 41 heures et 40 minutes d’une discussion passionnée sur le texte, il ne restait qu’une poignée de courageux députés autour de 22H45 jeudi soir lorsque l’Assemblée Nationale a décidé, sur instruction du secrétaire d’Etat Roger Karoutchi, de passer immédiatement au vote de la loi Création et Internet, qui n’était pas attendu avant la semaine prochaine. Un fait exceptionnel, qui permet de masquer le nombre important de députés UMP qui se seraient abstenus si le vote s’était fait, comme le veut la tradition, après les questions au gouvernment mardi soir. Ainsi l’a voulu Nicolas Sarkozy…

Sur Numerama : www.numerama.com/magazine/12527-La-loi-Hadopi-votee-a-la-sauvette-par-une-poignee-de-deputes.html


Les hackers contre Hadopi : chronique d’une guerilla à venir


Hackers et Pirates, il ne faut pas tout confondre. Un hacker est quelqu’un de doué avec l’informatique qui cherche à détourner l’usage d’une technologie pour en faire autre chose. Le but recherché n’est pas nécessairement illégal, il s’agit de maîtriser une technologie, d’en faire un usage ludique, étonnant, ou pourquoi pas artistique.

Dans ce petit clan, il y a – c’est caricatural – les bons (qui ne pensent qu’à s’amuser) et les méchants (qui pénètrent un système eCommerce pour récupérer des cordonnées bancaires), mais le propos de ce billet n’est pas là, et les frontières ne sont pas aussi manichéennes qu’on aimerai le faire croire.

Les Hackers sont contre Hadopi (à ma connaissance), mais leur lutte est plus… rigolote, créative… appelez cela comme vous voulez. Toujours est-il que notre position privilégiée chez RWW nous a permi d’avoir vent de plusieurs contres attaques en préparation qui risquent de faire de l’après Hadopi un joyeux bordel…

A lire sur ReadWriteWeb France : fr.readwriteweb.com/2009/03/31/prospective/hackers-contre-hadopi-chronique-guerilla/


01/04/2009

Big Brother Awards : et les nominés sont…

Depuis maintenant neuf ans, les Big brother Awards -dont je suis- décernent, chaque année, des “prix Orwell” à celles et ceux qui s’illustrent en matière de promotion de la surveillance, ou d’atteinte à la vie privée. Tous les dossiers sont consultables sur notre site web, et les éditions Zones en ont publié, l’an passé, une anthologie sous forme de livre (également consultable en ligne).

La prochaine cérémonie aura lieu samedi 4 avril, à la Parole Errante/La maison de l’arbre (à Montreuil, voir le communiqué), et sera retransmise en direct sur internet grâce à Regarde à vue, qui nous a pondu ce petit florilège de l’édition de l’an passé. Le ton est volontairement un peu potache (nous aimons bien rire -jaune- de ceux que nous “récompensons” de la sorte), les dossiers beaucoup moins.

La liste des nominés va cette année des fichiers “RIM-Psy” du ministère de la Santé et “RNCPS” de celui du Budget à Michèle Alliot-Marie, Bertrand Delanoë, Frédéric Lefebvre, Xavier Darcos, le ministère de la Culture, en passant par des agents anonymes qui pratiquent la délation, des entreprises spécialisées dans la biométrie en établissements scolaires, l’identification des passants ou la détection de mensonges des salariés, des maires méritants et même un gérant de supermarché… (voir plus bas)

Le jury, présidé par Armand Mattelard, est composé cette année de Matthieu Bonduelle, du Syndicat de la Magistrature, Françoise Dumont, de la Ligue des Droits de l’Homme, Célia Izoard, co-auteure de La Tyrannie technologique, Anne-Lise Lebrun, du Réseau d’alerte et d’intervention pour les droits de l’homme (RaidH), du sociologue Mathieu Rigouste, de Michel Roger, de la Compagnie Jolie Môme, de Pascale Taelman du Syndicat des avocats de France, du biologiste Jacques Testard, et de Jérémy Zimmermann, de la Quadrature du Net.

Allez, et les nominés sont…

A voir sur BUG BROTHER : bugbrother.blog.lemonde.fr/2009/03/30/big-brother-awards-et-les-nomines-sont/


Des aliments irradiés ? Non merci

L’irradiation des aliments consiste à exposer des aliments à des rayonnements ionisants afin de réduire le nombre de micro-organismes qu’ils contiennent. Ce procédé est aussi appelé pasteurisation à froid, parce qu’il ne suppose pas de traitement thermique, et vise également à la conservation des aliments et à leur stérilisation. Ce terme est également utilisé car plus positif aux yeux du public qu’irradiation. (sur Wikipedia)

L’irradiation entraîne une perte de vitamines importante dans les aliments notamment vitamines A, B1, C et E, pertes encore accrues du fait de l’allongement de la durée de conservation.
L’équilibre microbiologique de l’aliment étant fragilisé, des agents pathogènes peuvent se développer plus rapidement et proliférer puisque leur « concurrents » ont été éliminés.
L’irradiation peut être utilisée comme substitut à de bonnes méthodes sanitaires. Or elle est inefficace face à des contaminations par toxines, virus ou prions, qui peuvent dès lors se propager dans un environnement propice.
Dès les années 1960, les scientifiques ont montré que les animaux de laboratoires soumis à une diète composée d’aliments irradiés souffraient de nombreux problèmes de santé : réduction de la durée de vie, diminution du taux de globules rouges, accroissement de l’incidence du cancer, lésions intestinales, baisse de la fertilité, dommages génétiques.
L’irradiation entraîne la formation de 2-alkylcyclobutanone dans les aliments contenant des matières grasses. Cette substance est fortement soupçonnée d’avoir des effets nocifs sur la santé des êtres humains génotoxicité, cytotoxicité et cancer du colon notamment. Des scientifiques soulignent le manque de données fiables pour évaluer le risque réel lié à la consommation d’aliments irradiés…

Les produits qui peuvent être légalement irradiés en France :

Liste obligatoire de l’Union Européenne :
• les herbes aromatiques,
• les épices,
• les condiments.

Liste spécifique à la France :
• l’oignon,
• l’ail,
• l’échalote,
• les légumes et fruits secs,
• les flocons et germes de céréales pour produits laitiers,
• la farine de riz,
• la gomme arabique,
• la volaille,
• les cuisses de grenouilles congelées,
• le sang séché et le plasma,
• les crevettes,
• l’ovalbumine (additif alimentaire),
• la caséine et les caséinates (additifs alimentaires).

Source : Journal Officiel des communautés européennes du 20 juillet 2002
Certains pays de l’Union européenne autorisent l’irradiation pour d’autres produits alimentaires. Ainsi, le Royaume-Uni pratique l’irradiation pour les légumes, les fruits, les céréales et les poissons. Ces produits peuvent ensuite circuler librement dans l’UE ou bien être incorporés dans des plats cuisinés et d’autres produits agro-alimentaire de pays n’autorisant pas l’irradiation de ces aliments.

Le cahier des charges de l’agriculture biologique interdit l’irradiation des aliments.
Le nouveau réglement européen 834/2007du 28 juin 2007 (article 10) le confirme : « Interdiction d’utilisation de rayonnement ionisant. Le traitement des denréees alimentaires ou des aliments pour animaux biologiques ou de matières premières utilisées dans les denrées alimentaires ou dans les aliments pour animaux biologiques par rayonnements ionisant est interdit. »

Pour s’informer et se joindre à la campagne d’action, visiter le site du Collectif Français contre l’Irradiation des aliments : http://www.irradiation-aliments.org/


Non au Cruiser, réduisons de 50% l’usage des pesticides !

Classé dans : désintoxicant, santé, écologie @ 13:00

Non au Cruiser 

Signez la pétition pour l’interdiction du Cruiser

et l’application immédiate du plan Ecophyto 2018
 

Utilisé en France depuis janvier 2008 en enrobage de semences de maïs, le Cruiser (produit proche du Gaucho et du Régent), est un insecticide classé dangereux pour l’environnement, dangereux pour les abeilles, les oiseaux et les mammifères sauvages, et très toxique pour les organismes aquatiques.

 
On compte en France plus de 1000 espèces de pollinisateurs. Ces dernières années, leur surmortalité a été constatée partout dans le monde. Les abeilles sont particulièrement touchées, avec une mortalité annuelle de 30 à 40 %. Il faut savoir que 35 % du tonnage mondial d’aliments végétaux (fruits, légumes, oléagineux, café, cacao…) * et la survie de plus de 80% des espèces végétales dépendent directement de la pollinisation par les insectes !

 
Face à de tels enjeux agricoles, alimentaires, sanitaires et environnementaux, au nom du principe de précaution, nous demandons :

- d’interdire immédiatement le Cruiser
- de mettre en œuvre, sans retard et avec la plus grande vigilance, le plan Ecophyto 2018 issu du Grenelle de l’environnement, qui prévoit la réduction de 50% de l’usage des pesticides

 
Cette pétition sera envoyée au Ministre de l’agriculture. FNE a engagé une action en justice suite au renouvellement de l’autorisation de mise sur le marché du Cruiser, survenu en décembre 2008.

Pétition sur le site de la Féderation Nature Environnement : http://fne.asso.fr/fr/actualites/petitions.html

Posté par Michel.


les photos et vidéos de ce site sont disponibles sous un contrat Creative Commons.

Le contenu de ce site est entièrement sous licence libre GFDL (Gnu Free Documentation License)

le loup voyou est optimisé pour tous les navigateurs (firefox, opera, safari etc.) sauf internet explorer...

Propulsé par WordPress