antimondialiste

[ louvoyer : naviguer en zigzag à contre vent ]

22/06/2012

En rade à Sète

Classé dans : désintoxicant, exclusions, précarités @ 21:22

Depuis plus de quatre mois, trois ferries de la compagnie marocaine Comarit-Comanav, assurant les liaisons entre Sète et Tanger sont bloqués dans le port sétois, avec à bord 240 marins sans salaire. Les familles, en face, organisent des sittings presque chaque jour devant les locaux de la compagnie, en attendant une solution pour ces marins abandonnés.

Les équipages à quai déambulent dans les rues de la ville, aux puces, dehors, partout. Ils font la queue pour passer un coup de fil au Seamen’s club et peuplent la seule terrasse où l’on sert des thés à la menthe, à l’entrée du bassin portuaire de Sète. Les plus dégourdis ont même réussi à trouver des petits boulots. Lueur de désespoir le 4 mai, l’appel d’offre de la compagnie italienne Grandi Navi Veloci GNV a été retenu par les autorités marocaines et ce sont ses bateaux qui vont assurer la liaison entre la France et le Maroc. Les choses changent, s’accélèrent, finie la « routine » pour ces hommes de mer amarrés, il va falloir s’organiser pour le départ, la lutte, la place…

Lire la suite sur CQFD : En rade à Sète


les photos et vidéos de ce site sont disponibles sous un contrat Creative Commons.

Le contenu de ce site est entièrement sous licence libre GFDL (Gnu Free Documentation License)

le loup voyou est optimisé pour tous les navigateurs (firefox, opera, safari etc.) sauf internet explorer...

Propulsé par WordPress