antimondialiste

[ louvoyer : naviguer en zigzag à contre vent ]

10/05/2007

La délocalisation de la main-d’oeuvre dans le tiers-monde est plus rentable que l’esclavage

En 2001, un mail demande à gatt.org l’intervention de l’OMC à une conférence intitulé « les textiles du futur » en Finlande, les Yes Men répondent à l’appel en poussant jusqu’au grotesque :

L’esclave délocalisé coûte cher, alors qu’en le laissant dans son pays d’origine il est plus rentable. Aucune réaction ne se fait dans le public jusqu’à la présentation de l’AVE (Appendice de Visualisation des Employés), un phallus doré censé être un appareil permettant le contrôle et la soumission totale de l’esclave. Les seules réactions qui suivent sont des éclats de rire, sans que la supercherie ne soit découverte. Plus tard, une femme se dira extrêmement offensée du fait que l’outil ne peut être utilisé que par des hommes, empêchant les femmes de devenir de grands chefs d’entreprise.

Les Yes Men (Béni-oui-oui) sont deux activistes du canular (Andy Bichlbaum et Mike Bonanno), qui dénoncent le libéralisme par la caricature.

En se faisant passer pour des intervenants de l’OMC, ils ont entre autres prononcé des discours sur la privatisation du marché des votes, sur l’apologie de l’esclavage à domicile, qui n’ont pas suscité de réactions particulières de la part des spectateurs, si ce n’est des remerciements.

The Yes Men sur Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Yes_Men

et sur là-bas si j’y suis : http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=732


les photos et vidéos de ce site sont disponibles sous un contrat Creative Commons.

Le contenu de ce site est entièrement sous licence libre GFDL (Gnu Free Documentation License)

le loup voyou est optimisé pour tous les navigateurs (firefox, opera, safari etc.) sauf internet explorer...

Propulsé par WordPress