antimondialiste

[ louvoyer : naviguer en zigzag à contre vent ]

28/09/2009

Les pirates du vivant

Décortiquant les différentes étapes de la biopiraterie – depuis la chasse aux gènes jusqu’au verrouillage économique du brevet – le film adopte la forme du reportage d’investigation dans lequel les difficultés de l’enquête font partie du matériaux narratif. Pour gagner du temps et de l’argent, c’est chez les chamans d’Amazonie, du Népal ou de l’Alaska que les  » bio-prospecteurs  » vont aller frapper. Il n’y aurait rien de choquant à cela, si les émissaires des grandes compagnies occidentales opéraient dans la transparence.Et c’est précisément parce que la bio-prospection s’opère systématiquement dans le mensonge et la tromperie que l’on parle de  » bio-piraterie « . Evidemment, les communautés indigènes, et les nations dont elles dépendent, n’ont pas tardé à découvrir le pot aux roses, et la résistance s’organise. C’est ainsi qu’en Bolivie, la puissante Confédération indienne mène un travail de sensibilisation auprès de ses communautés pour qu’elles l’alerte dès qu’un bio-prospecteur camouflé se présente chez elles. Parallèlement, elle réfléchit avec le Gouvernement bolivien à la mise en place d’un registre national de la biodiversité dont la commercialisation pourrait être assurée par un organisme bipartite, associant les communautés indigènes…

Voir le reportage passé sur Arte sur voirDoc.com : www.voirdoc.com/streaming/societe/faits-de-societe/les-pirates-du-vivant

Posté par xmx.


les photos et vidéos de ce site sont disponibles sous un contrat Creative Commons.

Le contenu de ce site est entièrement sous licence libre GFDL (Gnu Free Documentation License)

le loup voyou est optimisé pour tous les navigateurs (firefox, opera, safari etc.) sauf internet explorer...

Propulsé par WordPress